Pourquoi se servir de tableau de gestion ?

Tableau de gestion…. Des mots qui font peur !

Et pourtant il est essentiel d’en maitriser 2 ou 3 et de savoir les utiliser en autonomie.

Je ne parlerai pas ici du compte de résultat et du bilan. Cependant il est important de savoir les déchiffrer. Les chiffres dont vous aurez besoin se trouvent pour la plupart dans le compte de résultat.

Nous parlerons ici du tableau de calcul du point mort (ou seuil de rentabilité), du tableau de trésorerie, et des SIG (Soldes intermédiaire de gestion).

Ce sont pour moi les trois tableaux qu’il est essentiel de maitriser afin d’avoir une bonne visibilité sur le développement de l’entreprise.

Si une fois par an le comptable fait le point avec vous. Il est tout de même intéressant de faire un point tous les mois. Car en cas de problème sur les achats, ou sur les encaissements, vous pourrez rectifier le tir plus rapidement. Par exemple vous rendez compte qu’en mars votre taux de marge commerciale est trop bas, en avril vous pouvez engager les actions nécessaires pour le remonter, et ainsi jouer sur la moyenne annuelle. Plus vous rendrez compte taux d’un problème de gestion, mieux vous pourrez agir.

C’est vous qui pilotez votre entreprise. Je vous donne des outils pour vous y aider.

Le seuil de rentabilité (ou point mort)

Le point mort, c’est ce chiffre d’affaire que vous devez réaliser afin que toutes vos charges soient payées.

Cet indicateur est indispensable. C’est lui qui va vous permettre de fixer les objectifs. C’est votre chiffre d’affaire minimum à réaliser.

Il est bon de le convertir en CA par mois, ou par jour, ou en taux horaire minimum, en nombre de client par jour… Bref, en quelque chose qui vous parle au quotidien.

Un objectif doit être concret et atteignable.

Vous calculez ce seuil en général pendant la création de votre entreprise. Mais il est intéressant de le revoir régulièrement car vous pouvez vous créer de nouvelles charges au fil de votre activité, comme embaucher des salariés supplémentaires, investir dans des bureaux plus grands… Toutes ces charges que vous créez vont impacter votre seuil de rentabilité. Il faut donc le garder à l’œil et faire le point régulièrement

Pour le calculer on utilise le taux de marge brute. En création vous vous servirez du taux moyen connu dans votre secteur d’activité (vous le trouverez sur le site de l’INSEE) par la suite, vous pourrez vous servir de celui que vous réalisez effectivement en moyenne.

Feuille de calcul à télécharger:

https://drive.google.com/open?id=17F0xq-3jLhv8y1g49K3QSItjo3TfJ-sE

 

La trésorerie

Les délais de paiement de vos clients et de vos fournisseurs sont variables. Ils ne payent pas toujours comptant en bénéficient de délais plus ou moins long.

Il est primordial pour vous de savoir quand l’argent va rentrer et quand il va sortir.

Vous devez aussi anticiper les paiements des impôts des charges sociales, de la TVA.

Le tableau de trésorerie vous permet de planifier et d’ajuster ces flux mois par mois et ainsi d’anticiper sur le solde en fin de mois afin qu’il ne soit pas négatif.

Ainsi, vous pourrez éviter les difficultés bancaires, et ne pas engendrer des frais de découvert. Si vous souhaitez faire un investissement important, vous verrez le moment opportun.

Bien gérer votre trésorerie, c’est une des clés de la réussite.

Un petit modèle de tableau à télécharger:

https://drive.google.com/file/d/1SV_Cq6DCQ2Qt2H7EOhgdLCBlEr2WYvqz

SIG, ou solde intermédiaire de gestion.

Souvent, au moment du bilan, votre comptable vous aura préparer ce joli tableau.

Mais le suivre mois par mois et aussi important.

Avec les  SIG, vous analysez  en fait le résultat de l’entreprise. Il permet de calculer le taux de marge, le taux de masse salariale, le pourcentage de vos charges externes… Il permet également de voir votre capacité d’autofinancement, ce qui est important si vous envisagez de nouveaux investissements.

Il est effectivement un peu plus technique, mais il révèle des indicateurs intéressants à suivre.

Il y a 7 paliers :

  1. Marge commerciale
  2. Valeur ajoutée
  3. EBE (excédent brut d’exploitation)
  4. Résultat d’exploitation
  5. RCAI (Résultat courant avant impôt)
  6. Résultat exceptionnel
  7. Résultat net

Il y a 3 paliers essentiels que je pense important à maîtriser pour vous :

  • La marge commerciale : pour que celle-ci soit au plus juste, il est bon de tenir des inventaires réguliers. Car il faut inclure dans la calcul la variation de stock : stock n – stock n-1. A partir de cette marge vous pourrez sortir votre taux de marge brute. Et ainsi voir si vous achetez et revendez au bon prix.
  • Le RCAI, ou Résultat Courant Avant Impôts : c’est ce qui sert de base au calcul des impôts. C’est le total de vos produits (CA + produits financiers) – le total de vos charges (achats matières, charges personnel, charges financières, frais généraux)
  • Le résultat net : c’est ce qui reste une fois que vous avez également payé les impôts et reversé la participation éventuelle aux salariés. Ce résultat est voué à payer les associés sil y en a, ou à être réinvesti dans la société.

La marge peut être calculée tous les mois, pour les deux autres, l’essentiel est de prévoir où vous arriverez en fin d’exercice.

Modèle de tableau de calcul à télécharger :

https://drive.google.com/file/d/1g-7KnMJN5vAk6qphDLUm7w6MN0w_3JuP

Voilà, j’espère ne pas vous avoir effrayé avec ces outils. Je pense qu’il s’agit là du minimum de gestion à savoir pour un chef d’entreprise.

Le chef d’entreprise pilote. Lorsqu’on pilote, il est essentiel de savoir où on va.

Certes une entreprise c’est une idée, des hommes, mais derrière il y aura toujours les chiffres. Il est indispensable de s’y intéresser, et d’en faire ses alliées.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :